Exaltations Indicibles

12 mars 2015

Lapidaire

j'ai décousu ma voix
le coeur au précipice
la salive qui s'étrangle
des mots comme du gravier

la langue trouée
les oublis mouvants
j'ai creusé ma gorge
en silence

Posté par Aprenda à 20:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2015

Narcissisme

Toutes les choses comme une immense marée à mes pieds, toutes les paroles vaines, les écrits déchirés, les mots acides qui brûlent la langue. Je me souviens de nous, je me souviens de vous : vos dents qui guettent, vos lèvres contre ma bouche, à m'arracher des blasphèmes au creux des nuits. Je me souviens d'eux, je me souviens de toi : toi qui ne parlais pas, qui souriais si bas, avec ce bonheur étrange qui roulait sur le sol et revenait toujours se poser contre tes hanches. Je me souviens de tout, je me souviens de moi : mes jalousies absurdes, mes incompréhensions, mes tragédies idiotes dessinées au marqueur sur les murs des métros. J'ai parcouru mille rues où je n'ai pas laissé de trace, avant de parvenir à jeter au miroir un regard sans frayeur.

Posté par Aprenda à 22:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2015

Entre deux sommeils

Histoires de pierres, d'entailles, de traces
D'irrégularités au sol délaissées
Histoires à trois sous entre des pages jaunes
Passées entre nos yeux sans voir de lendemains

Des images mouillées qui coulent aux commissures
Des paroles chassées revenues au galop
Des rêves barbouillés qu'on vomit au réveil
Et qui s'accrochent à nous serpents sans sommeil

Toutes ces choses mortes naissantes aux paupières
Ces ballades grinçantes aux crépuscules enfouies
Toutes sont devant nous au bord de l'insomnie
Mordant nos jours futurs comme des fruits pourris.

Posté par Aprenda à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2015

Pour faire durer ce qui s'aime

entre tes bras de soie
entre nos draps de fer
entre les coups volés
entre nos peaux collées

toutes les douleurs se tachent
toutes les paroles se noient
entre les murs tombés
nos rires font trop d'éclats

et tous nos maux en l'air
flottent au-dessus de moi
dans les os du silence
je couds des mots bas

quand viendront les oiseaux
quand passeront les soleils
à tes lèvres meurtries
j'offrirai d'autres sèves

Posté par Aprenda à 23:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2015

Perte

La vie comme un ballon d'eau chaude qui explose à l'intérieur de toi. Tu es noyée sous les mois, les accidents de voix, les ruptures circulaires. Près de ton corps, des hommes passent. Ils ont appris à ne pas te voir. Tu as passé des années à prier les dieux pour qu'ils t'accordent l'invisibilité. Désormais, personne ne te jette un regard, et il te semble que tu ne perçois même plus ton reflet dans les eaux calmes. Bientôt, tu disparaîtras, et ce monde ne conservera de toi que la trace confuse de tes cris perdus entre les vents.

Posté par Aprenda à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 février 2015

Bilan de la décennie

Déjà depuis longtemps la nostalgie dans les veines comme un poison. Au fil des ans par doses moyennes, absorbé dans de grands verres de vin. Perdus : des profils de statues, amis aimés, amours déçues. Villes grises imprimées au fond de la mémoire. Je feuillette quand vient le soir l'album de mes années d'hier, je compte les noms dont je ne connais plus les formes, les visages défaits au cours des mois. L'inventaire de tout ce qu'un jour, j'ai cru être en mesure de conserver - et j'apprends que nous sommes bien incapables de préserver les choses qui nous sont précieuses.

Posté par Aprenda à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hivernale

La pierre au coeur l'oeil de larme
Serrés au poing les mots mentis
Paroles douces de bord d'hiver
Je me souviens de tes oublis
Mon visage gris tes mains de fer
Lèvres gercées qui se détachent
Les vents glacés des faux espoirs
J'ai appris à ne plus t'écrire
Années de boue mois de poussière
Tout s'envole dans d'autres lumières
Paroles de brume désaccordées
Je reste aux neiges de ta vie


Posté par Aprenda à 22:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2015

Entre les côtes

toutes les baies cueillies et puis
mes mains au sang coulé
mes mains tachées d'hier
la mémoire détaillée

dans les paumes
souvenirs récoltés
plaies qui collent aux doigts
fruits des bois dormants

en-dedans tout se tait
coeur suitant le sucre
tout au fond des artères
quelques bruissements.

Posté par Aprenda à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2015

En ces temps-ci

Les mains dans la boue du monde. Je sens les courants chauds sur ma nuque, j'entends les éclats brûler mes tympans. Tout est foule, folie, fêlures. J'apprends à me tenir au centre des mouvements circulaires, à adopter la course de la Lune, à serrer contre mon coeur les battements étrangers. Je prends part aux fêtes, je me pare d'or fictif, je reste dans l'imminence d'un départ imaginaire. Toujours, je marche sur le fil, comme si, à tout moment, la vie pouvait me faire défaut.

Posté par Aprenda à 21:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2015

Pas perçu

pas raccord le corps
à coeur perdu je désespère
je subodore le coup de trop
le cou scié les reins à l'eau

je ne me passe plus
des étincelles
j'en fais les titres de mes journaux
les motifs de mes drapeaux

aux vaisseaux percés
naviguent encore
des bateaux chargés
de mes remords

Posté par Aprenda à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]