12 mars 2015

Lapidaire

j'ai décousu ma voixle coeur au précipicela salive qui s'étrangledes mots comme du gravierla langue trouéeles oublis mouvantsj'ai creusé ma gorgeen silence
Posté par Aprenda à 20:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2015

Narcissisme

Toutes les choses comme une immense marée à mes pieds, toutes les paroles vaines, les écrits déchirés, les mots acides qui brûlent la langue. Je me souviens de nous, je me souviens de vous : vos dents qui guettent, vos lèvres contre ma bouche, à m'arracher des blasphèmes au creux des nuits. Je me souviens d'eux, je me souviens de toi : toi qui ne parlais pas, qui souriais si bas, avec ce bonheur étrange qui roulait sur le sol et revenait toujours se poser contre tes hanches. Je me souviens de tout, je me souviens de moi : mes... [Lire la suite]
Posté par Aprenda à 22:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2015

Entre deux sommeils

Histoires de pierres, d'entailles, de tracesD'irrégularités au sol délaisséesHistoires à trois sous entre des pages jaunesPassées entre nos yeux sans voir de lendemainsDes images mouillées qui coulent aux commissuresDes paroles chassées revenues au galopDes rêves barbouillés qu'on vomit au réveilEt qui s'accrochent à nous serpents sans sommeilToutes ces choses mortes naissantes aux paupièresCes ballades grinçantes aux crépuscules enfouiesToutes sont devant nous au bord de l'insomnieMordant nos jours futurs comme des fruits pourris.
Posté par Aprenda à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2015

Pour faire durer ce qui s'aime

entre tes bras de soie entre nos draps de fer entre les coups volés entre nos peaux collées toutes les douleurs se tachent toutes les paroles se noient entre les murs tombés nos rires font trop d'éclats et tous nos maux en l'air flottent au-dessus de moi dans les os du silence je couds des mots bas quand viendront les oiseaux quand passeront les soleils à tes lèvres meurtries j'offrirai d'autres sèves
Posté par Aprenda à 23:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2015

Perte

La vie comme un ballon d'eau chaude qui explose à l'intérieur de toi. Tu es noyée sous les mois, les accidents de voix, les ruptures circulaires. Près de ton corps, des hommes passent. Ils ont appris à ne pas te voir. Tu as passé des années à prier les dieux pour qu'ils t'accordent l'invisibilité. Désormais, personne ne te jette un regard, et il te semble que tu ne perçois même plus ton reflet dans les eaux calmes. Bientôt, tu disparaîtras, et ce monde ne conservera de toi que la trace confuse de tes cris perdus entre les vents.
Posté par Aprenda à 23:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]